Contact us

Garden centre: (709) 280-5032
Office: (418) 287-5262
email: info@poussepartout.ca

upa

We grow gardeners!

 
 

ico_titre.pngLes arbustes : quoi planter à Fermont ? | Blog

Contact us

Garden centre: (709) 280-5032
Office: (418) 287-5262
email: info@poussepartout.ca

upa

We grow gardeners!

 

Les arbustes : quoi planter à Fermont ?

Notre climat est rigoureux, et pourtant plusieurs espèces d’arbustes peuvent y vivre, grâce à Mère Nature qui les recouvre de neige tôt à l’automne.

La neige est la meilleure protection hivernale qui soit pour les végétaux. Heureusement  nous avons en quantité suffisante pour les recouvrir, et ce, avant le début des grands froids. Ce phénomène naturel, nous permet de planter des arbustes de zone de rusticité 3 alors que nous vivons en zone 1 (plus froid).

Les lilas

Photo lilas de Preston ‘Royalty’ source : Pépinière Brown

Photo lilas de Preston ‘Royalty’ source : Pépinière Brown

Gros arbuste de forme ovale, le lilas est utilisé seul, en massif pour créer un écran, ou en lignée pour former une haie. Très rustiques, les lilas requièrent un sol pauvre et légèrement acide, soit  exactement le type de sol que nous avons. Ils existent plusieurs espèces différentes sur le marché. Les plus connues sont les lilas hybrides français obtenus à partir du lilas commun Syringa vulgaris. Leurs  feuilles, en forme de cœur, sont lisses et pointues. Les fleurs apparaissent  vers la fin du mois de mai. Ces espèces survivent à notre climat fermontois, malheureusement  ils ne fleurissent que très rarement, étant donné qu’à la fin de mai, nous avons encore des gels et parfois de la neige.

Il existe cependant d’autres espèces, tout aussi rustiques, mais qui fleurissent plus tard soit à la fin de juin ou au début de juillet. Ainsi le lilas tardif Syringa villosa, est l’espèce que nous avons plantée en haie libre à la porte 20 (côté Nord) dans les années 90. Ils fleurissent à chaque année, parfois abondamment, au début de juillet. Son feuillage est différent, ovale, il est plutôt épais et très nervuré. Ses fleurs, de couleur lilas, sont légèrement parfumées.

Nous avons fait quelques essais avec des lilas japonais, hongrois et chinois, mais les résultats obtenus étaient plutôt médiocres. L’autre espèce de lilas qui poussent bien chez nous, est le lilas de Preston. C’est une série d’hybrides développés par Isabella Preston au cours des années 20, à la ferme expérimentale d’Ottawa. Tout comme le lilas tardif, ils fleurissent, ici, vers la fin de juin.

La collection des Preston compte une dizaine de variétés aux couleurs et dimensions différentes.

Facile d’entretien, les lilas connaissent peu de problèmes d’insectes et de maladies et sont tolérants au sel de déglaçage. Au niveau de la taille, il faut simplement couper les fleurs fanées.

Les potentilles

Photo potentille fructicosa ‘Goldfinger ‘ source Jardin le Chêneland

Petit arbuste buissonnant, potentilla fruticosa possède toutes les qualités que l’on recherche pour un aménagement à entretien minime. Très rustique, nul besoin de la protéger. En fait, dans la région, elle pousse de façon naturelle. C’est une plante indigène que l’on peut voir sur les bords des lacs. Généreuse, elle nous offre des fleurs jaunes en juillet jusqu’aux premières neiges. Malgré le fait qu’elle soit de la famille des roses, elle connait très peu de problèmes pathologiques ou entomologiques (insecte). Au niveau de la taille, il faut éclaircir au besoin ou rabattre au sol pour rajeunir le plant.

De cette plante aux qualités enviables, les chercheurs ont créé des variétés aux couleurs différentes : blanc, rose, orange et même rouge orangé. Elles sont très jolies, cependant leurs résistance au climat québécois est très peu connue. Ici nous avons constaté que les potentilles blanches survivent très bien à l’hiver avec une protection. Quant aux autres couleurs, malgré la protection, la reprise au printemps est lente et incertaine.

 

 

ico_titre.pngComments

!There are no comments
! Posting comments after three months has been disabled.
 
Newsletter